Meat Free Monday

Quand nous nous demandons quoi préparer pour le dîner, nous avons tendance à penser à un plat de viande… Mais il existe une multitude plats sans viande aussi sains que succulents ! Il suffit d’un peu de créativité et de réduire légèrement notre consommation de viande et de poisson pour préserver l’environnement et lutter contre la faim dans le monde… Même à raison d’un jour par semaine !

Fondée par Paul, Stella et Mary McCartney, Meat Free Monday est une campagne environnementale incitant le public à adopter ce geste simple. Cette initiative fut lancée en 2009 à la suite de la publication d’un rapport de l’ONU selon lequel l’élevage d’animaux est responsable de 18% des émissions mondiales des gaz à effet de serre, soit plus que l’ensemble du secteur du transport mondial.

Alors, voici de quoi « alimenter » votre réflexion :

• La production de viande est responsable à hauteur de 18% de l’ensemble des gaz à effet de serre émanant de l’activité humaine. En effet, une seule vache produit chaque année 8,75 kg de méthane à elle seule. Comparé au secteur du transport, à l’origine de 13% des émissions de gaz à effet de serre, vous commencez à comprendre en quoi il est logique de ne pas manger de viande de lundi.

• L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que le secteur de l’élevage fait partie des 3 premières activités à l’origine des problèmes environnementaux les plus graves, aussi bien à l’échelle locale que mondiale.

• La production de 150 g de pommes de terre nécessite 38 litres d’eau, et pour 150 g de viande de bœuf, environ 2400 litres.

• Aujourd’hui, on compte dans le monde environ un milliard d’individus souffrant de sous-nutrition… Sachant qu’un tiers des céréales, et plus de 90% de la production de soja, sont utilisés pour nourrir les animaux d’élevage.

• Toutes les 18 secondes, un hectare de la forêt amazonienne est détruit au profit des éleveurs de bovins.

• Dans le monde, 60 milliards d’animaux sont élevés pour leur viande.  La plupart de ces animaux passent leur existence dans des enclos étroits, incapables de vivre naturellement et correctement. Il leur est par exemple impossible de s’étirer, de construire un abris ou même de nourrir leurs petits.

• Pour un ménage moyen, il est plus efficace en terme de réduction des émissions de CO2 de diviser sa consommation de viande par deux que de rouler deux fois moins en voiture.

• Au cours des dix prochaines années, les poissons que nous consommerons seront pour la plupart issus d’un élevage. Chaque exploitation agricole génère sa propre empreinte environnementale. En privilégiant les fruits de mer provenant de fermes et d’exploitations de meilleure qualité, vous contribuez à ralentir la dégradation de l’aquaculture. Alors, renseignez-vous !